Délices

2011.

 

 

Jusque dans l’intimité la société nous poursuit, nous poussant souvent à l’interdiction de cette pratique.
Nous culpabilisant nous les femmes encore plus que les hommes.

 

Le terme « onanisme » est apparu dans une publication de 1712: « Onania, or, The Heinous Sin of Self-Pulution and all its Frightful Conséquences in Both sexes. », cet ouvrage est attribué au chirurgien britannique John Marten. Il fait allusion au péché d’Onan.

Personnage de l’Ancien Testament. Il refusa de féconder la femme de son frère décédé alors que la tradition l’y obligeait. Il aurait préféré « laisser sa semence se perdre dans la terre ».

 

C’est à cette période qu’une véritable répression de l’onanisme est né, appuyé par la médecine.

Il devient à cette époque un véritable fléau qu’il faut éradiquer.

Les médecins tels que le docteur Tissot (suisse/1728-1797), prescrivent des traitements allant de l’absurde à la torture: enveloppement des jeunes enfants dans des draps froids pour refroidir leur désir, leur attacher les mains à la tête de leur lit, cadenasser leur partie génitale avec une version particulièrement barbare, pour adolescents et adultes, constituée d’un tube doublé de piquant dans lequel on glissait le pénis, au moment de l’érection le pénis était blessé.

Au début du XXème siècle on installait des alarmes qui sonnaient dans la chambre des parents lorsque le lit de l’enfant se mettait à bouger, on appliquait des sangsues sur les parties génitales pour sucer le sang et éradiquer la congestion, ou bien il y avait la cautérisation (brûlure du tissu génital) qui tuait les nerfs et diminuait le désir disait-on!

Et vers 1850-1860 les traitements de la castration et de l’ablation du clitoris étaient pratiqués régulièrement.

 

Toutes ces tortures sont encrées dans nos mémoires inconscientes, et elles expliquent pourquoi encore de nos jours la moitié des personnes qui avouent se masturber ressentent de la culpabilité  (réf. Laumann E, Gagnon JH, Michals S, Michals RT, « The Social Organisation  of sexuality: Sexual practices on the United States. » University of Chicago Press. 1994).

Thêmes Wordpress Auteur Photographe© par www.purement.com